Application de guides de visites : comment s’y retrouver parmi les différentes voies possibles ?

De nombreuses institutions culturelles – musées, monuments, galeries d’art, etc. – dans le monde ainsi que de nombreuses villes et offices de tourisme ont ou veulent avoir leur propre application de guides de visites. Mais entre la volonté exprimée de se doter d’une telle offre numérique et sa réalisation, il existe de multiples options et voies possibles. Nous vous donnons toutes les clés pour vous y retrouver et pour prendre la décision qui vous convient le mieux.

 

– – –

 

Préambule : le coût réel d’une application de guide de visites

Le coût réel d’une application ne se résume pas au seul investissement de développement initial, loin de là. Qu’il s’agisse d’un site web adapté mobile ou d’une application à télécharger, il faut prendre en compte de nombreux coûts :

◾️ L’investissement de développement initial ;

◾️Le coût récurrent des serveurs et services annexes ;

◾️Les coûts de maintenance ;

◾️L’investissement en production de contenus ;

◾️Les coûts de communication et de mise en avant de l’application.

Pour en apprendre plus sur ce sujet, nous le développons en détails dans cet article.


Le triptyque d’une application réussie

Il est parfois bon de revenir aux basiques avant de se lancer dans le numérique. Quels sont les éléments qui font que telle application sera une réussite plutôt que telle autre ? Qui font que votre application sera mémorable et donnera envie d’être téléchargée et partagée ?

Ces éléments ne sont ni magiques ni secrets, et sont au nombre de trois :

  1. Facilité d’utilisation : cela comprend la conception, l’expérience utilisateur et tout ce qui rend une application facile à prendre en main sans avoir besoin d’expliquer à un nouvel utilisateur comment elle fonctionne ;
  2. Fiabilité : lorsque vous utilisez des applications comme Instagram et WhatsApp par exemple, vous êtes-vous déjà dit : “J’espère que ça ne va pas planter cette fois-ci” ? C’est ça, la fiabilité d’une application mobile. Le strict opposé est une application qui crash régulièrement, un bouton qui ne fonctionne pas, etc.
  3. Contenu de qualité : la qualité et la fiabilité d’un article dépend de qui l’écrit et le publie. Sur une application, une dimension supplémentaire vient s’y ajouter liée aux deux piliers précédents : si l’un d’eux faiblit, la qualité et fiabilité perçues des contenus en seront impactées ;

La maîtrise de chacun de ces trois piliers ne se fait pas à coûts réduits : la facilité d’utilisation demande de l’expertise et du temps – Facebook teste souvent de nouvelles interfaces et conceptions sur sa base d’utilisateurs installée – la fiabilité nécessite beaucoup de temps et de ressources pour tester, déboguer et réparer, et le contenu prend du temps à produire.

Faire – Acheter – S’associer : les 3 grandes approches pour lancer une solution numérique

Ces 3 voies sont les grands classiques que tout acteur professionnel étudie pour lancer un nouveau produit ou service. Nous allons développer chacune d’elles avec leurs avantages, inconvénients et surtout ce qu’elles impliquent.


Photo de Breakingpic prise sur pexel

Option 1 : Faire

Cette première approche consiste à développer l’application vous-mêmes ou avec l’aide d’une société de développement informatique : vous « faites » la solution vous-mêmes.

Cette approche permet globalement deux types d’approches, chacune issue d’une philosophie différente du développement informatique et de la gestion de produits :

  • Le « Cycle en V », méthode ancestrale du développement informatique : vous fournissez aux développeurs vos spécifications très détaillées, des visuels, et vous vous mettez d’accord sur un prix et une date de livraison de l’application.
    Entre temps, vous ne verrez quasiment pas et n’aurez que très peu d’échanges avec les développeurs car tout le travail d’étude de vos spécifications a dû être fait en amont.
    En d’autres termes, lors de la livraison, vous espérez très fort que le produit correspond à vos attentes. Sauf qu’en général ce que vous obtenez ne correspond pas vraiment à ce que vous aviez en tête. Vous rentrez alors dans une itération de cycles en V jusqu’à obtenir le produit souhaité.
  • Le « développement agile », méthode moderne du développement informatique : vous co-construisez le produit avec les développeurs au fur et à mesure des développements. Vous maîtrisez l’ensemble des étapes et validez chaque fonctionnalité avant/pendant/après son développement. De cette façon, vous obtenez exactement ce que vous voulez.
    Cependant, vous maîtrisez moins bien le délai ainsi que le budget final. Car même si vous obtenez une estimation au début du projet, il n’y a aucun moyen de savoir combien cela vous coûtera réellement à la fin.

La principale différence entre les 2 méthodes est l’implication et le temps que vous êtes prêt à y consacrer. Dans les deux cas vous maîtriserez mal les délais et les coûts pour obtenir une application que vous souhaitez réellement publier et pousser auprès de vos visiteurs.

Mais reste encore des inconnues auxquelles il vous faut absolument répondre avant de lancer les développements :

🔸Comment allez-vous mettre à jour le contenu de l’application ?

🔸Comment allez-vous maintenir l’application pour vous assurer qu’elle reste pertinente ?

🔸Que faire si de nouveaux bugs apparaissent ?

🔸Et ainsi de suite.

Enfin, dans l’approche “Faire”, tout nouvel ajout de fonctionnalité fera l’objet d’un devis et de développements. Mais au moins, vous aurez exactement l’application que vous souhaitez, après de longs mois de développement et des centaines de milliers d’euros dépensés.


Photo de Pixabay prise sur Pexels

Option 2 : Acheter

Cette deuxième option consiste à acheter l’application toute faite. Il s’agit généralement soit :

  • D’acheter une application existante et de l’adapter en y apposant votre marque et votre charte graphique ; soit
  • De construire votre application via une « usine à applications » où vous sélectionnez les blocs et fonctionnalités que vous souhaitez.

Dans les deux cas, vous obtenez votre application assez rapidement, mais vous avez très peu – voire aucun – contrôle sur son interface et sa facilité d’utilisation.

Bien entendu, vous pouvez toujours payer plus cher pour vraiment l’adapter à vos besoins et spécifications. Mais c’est généralement assez coûteux car les prestataires tablent plutôt sur une offre standardisée.

Dans cette approche, les frais de maintenance sont généralement gérés par le prestataire auprès duquel vous avez acheté l’application, contre un abonnement de votre part. Soyez donc prudents lorsque vous achetez ce type de service : vous n’avez absolument aucun contrôle sur le code et la feuille de route de développement de l’application. Et si vous souhaitez maintenant des fonctionnalités qui ne sont pas en roadmap ou prévue pour plus tard, vous devrez probablement vous acquitter d’une facture supplémentaire.

Pensez également à vérifier comment se font les mises à jour du contenu : disposez-vous d’un back-office pour modifier en temps réel ? Ou devez-vous demander une mise à jour de l’application ? Autant de questions à étudier dont les solutions peuvent ne pas être incluses dans les contrats et vous devrez payer pour les nouvelles expositions.


Photo de Branimir Balogović prise sur Pexels

Option 3 : S’associer

Enfin, il y a l’option du partenariat. La plupart des entreprises offrant ce type de service seront des places de marché. Concrètement, l’entreprise s’occupe de tous les développements et mises à jour de l’application et vous met à disposition une interface de back-office pour créer et publier vos contenus.

Grâce à cette approche, vous obtenez généralement un profil public pour votre institution / marque auquel tout le monde peut accéder. Les utilisateurs peuvent également voir vos guides, passés et futurs – en fonction de la plateforme – et télécharger / acheter vos guides. En d’autres termes, cela signifie que la plateforme regroupe de nombreux partenaires sur la même application pour mutualiser les coûts de développement et de maintenance.

 

 

C’est l’approche totalement opposée à celle du “Faire ou Acheter”, car la philosophie est très différente entre avoir sa propre application et être sur une application de marché. Les deux approches ont leurs avantages et leurs inconvénients, on vous en parle plus en détail ici.

Le modèle commercial dépend de l’entreprise avec laquelle vous décidez de vous associer, mais il s’articule généralement autour de 5 éléments clés

  1. L’accès à la plateforme ;
  2. Mise à jour des contenus ;
  3. Vente de guides par le biais de l’application ;
  4. Aide et Support ; et
  5. Fonctionnalités premium, personnalisation.

Ce sont les points clés à rechercher, mais chaque plateforme aura sa propre approche. Quoi qu’il en soit, les coûts que représentent cette solution sont drastiquement réduits par rapport aux approches Faire et Acheter, et il n’y a généralement pas de délai de mise en place de la solution.

Escapad se positionne sur cette approche de partenariat, avec une volonté de nouer des partenariats de longue durée pour construire une relation de confiance avec les acteurs du tourisme et de la culture.

 

– – –

 

Si le numérique est une chose passionnante, tout acteur désireux de mettre en œuvre de telles expériences devra savoir clairement ce qu’il veut réaliser et avec quel public il veut adapter l’expérience. On vous en parle en détails ici.

Ensuite, le choix de l’approche de développement dépendra de votre budget, des ressources disponibles en interne et externe, de vos délais ainsi que de vos objectifs. Pour approfondir le sujet des avantages et inconvénients d’avoir votre application dédiée versus être sur une place de marché, rendez-vous sur cet article ! 

Related Post

Leave a Comment